Retour sur les résultats des casinos français pour 2014

0

Les casinos terrestres de France continuent d’enregistrer le recul des produits bruts de jeux. L’exercice 2013-2014 s’est clôturé sur une baisse du chiffre d’affaires pour les établissements de jeux français. Les résultats moroses de ces dernières années montrent que le secteur a du mal à se relever des nombreuses et douloureuses péripéties de la crise. Toute fois, le bilan de l’année 2014 est plus encourageant que celui de l’exercice 2013. Par ailleurs, les professionnels constatent certains changements dans le comportement des joueurs.

Les 198 casinos physiques français ont une fois de plus connu des résultats financiers en baisse. En effet, le bilan annuel 2014 affiche un recul de 2,6 % du chiffre d’affaires des complexes de jeux en France. Le produit brut des jeux est donc de 2,123 milliards d’euros pour l’exercice 2013-2014. La baisse enregistrée va jusqu’à 3,5 % à périmètre comparable. Au cours de cet exercice, quatre établissements ont été inaugurés à Fréjus, Larmor-Plage, Fort-Mahon et Casteljaloux. En outre, le casino de Cauterets a dû fermer ses portes.

Les raisons de cette baisse sont les mêmes que celles qui ont fragilisé le secteur des casinos français depuis 2008. La première fautive est évidemment la crise économique qui a mis les établissements en très mauvaise posture. A cette crise s’ajoute l’interdiction de fumer dans les lieux publics, une règlementation qui a obligé les casinos à effectuer des changements importants. Il ne faut pas non plus oublier l’augmentation des plateformes de jeux d’argent en ligne. Cette concurrence a impacté sur le taux de fréquentation des casinos terrestres et donc sur les recettes des jeux.

Cette baisse enregistrée en 2014 correspond aux prévisions des professionnels du secteur des casinos. Elle est par ailleurs moins élevée que le recul comptabilisé au terme de l’exercice 2013. En effet, le bilan annuel 2012-2013 a enregistré une diminution de 4,7 % du chiffre d’affaires des casinos de France par rapport à la somme engrangée l’année précédente.

En outre, les experts de l’industrie des deux d’argent ont constaté que les joueurs se sont un peu détachés des machines à sous. Depuis plusieurs années déjà, les bandits manchots ont amassé la majeure partie du chiffre d’affaires des casinos français. Durant la période 2013-2014, la baisse concernant le produit brut des machines à sous a été plus importante. Les recettes ont ainsi reculé de 3,1 % pour atteindre la somme de 1,9 milliard d’euros. Année après année, les casinotiers français ont toujours compté sur l’agrandissement de leur parc de machines à sous pour relancer la croissance, booster l’exploitation et augmenter les revenus.

Au terme de l’exercice 2014, il a été constaté que les jeux de table ont eu plus de succès même si l’engouement autour du poker n’est plus pareil que celui constaté en 2006. Le produit brut des jeux de table a en effet atteint la somme de 223,2 millions d’euros. Cette hausse est due entre autres à l’installation des jeux électroniques.

Informations