Deux anciennes salariées licenciées avant que le casino des Quatre-Chemin ne ferme

0

Après l’annonce de sa fermeture, l’image du casino des Quatre Chemins se voit encore être sale. Notamment concernant l’affaire des deux employés qui ont été licenciés six mois avant la fermeture définitive du casino. Ceux qui sont concernés par l’affaire ont été appelés ce lundi à l’audience. Les avocats présents étaient Me Benazdia et Me Truno.

Le licenciement des deux employés

L’une était employée en tant que secrétaire de direction pour le casino. Cette dernière avait reçu l’ordre de rédiger et de rapporter le contrat de délégataire à la mairie. Selon le personnel du casino, à cause de la secrétaire, le contrat n’a pas pu être rendu à la mairie avant la date limite imposée, notamment avant le 30 mai. L’employé avait donc été reproché de ne pas avoir fourni le contrat.

Le personnel du casino reproche également à sa secrétaire d’avoir lancé des rumeurs auprès des autres employés. La secrétaire aurait partagé des informations concernant une rupture conventionnelle et la somme qu’un certain employé toucherait grâce à cette rupture. Quant à la seconde employée, elle était responsable des coffres et des caisses des machines à sous du casino.

Elle aurait été renvoyée à cause de sa mauvaise volonté délibérée dans l’accomplissement de son travail. Il a également été remarqué que cette dernière était souvent de mauvaise humeur durant ses heures de travail et qu’elle manquait de motivation dans l’exercice de ses fonctions.

L’objet de l’audience

Les deux employés ont porté plainte, car selon eux, le casino des Quatre Chemins a effectué un licenciement abusif. Pourtant, aucun représentant de Partouche n’avait été aperçu lors de l’audience prud’homale. Les deux victimes du casino des Quatre Chemins réclament des dédommagements. La secrétaire a demandé un dédommagement d’un montant de 81 000 dollars.

Cette dernière qui s’est consacrée au groupe travaillait pour Partouche durant 31 ans. Elle a commencé son travail à l’Élysée Palace. Par la suite, une mutation l’a mené au Grand Café. Et au final elle décroche un poste de secrétaire au casino des Quatre Chemins. En trente et un ans, elle a donc progressé dans sa carrière professionnelle.

Celle qui a été responsable des coffres et caissière des machines à sous a exigé 55 000 dollars. Le licenciement soudain de cette employée rend tout le monde sans voix. En effet, ce salarié avait été au service du casino des Quatre Chemins pendant vingt ans.

Le déroulement de l’audience

À l’exception de l’absence du Groupe Partouche, tous les membres du conseil étaient présents lors de l’audience ce lundi. Selon Me Benazdia, la secrétaire était en droit de refuser de rendre le contrat de délégataire à la Mairie. Elle explique qu’une secrétaire n’a pas les compétences statuaires pour ce genre de tache.

Me Truno a pris la défense du casino par ses paroles : « La secrétaire n’avait peut-être pas besoin de divulguer ces informations, sauf à vouloir essayer de négocier pour les autres des montants d’indemnités supérieurs à ce qu’aurait pu prévoir un plan de sauvegarde de l’emploi »

Au final, les deux parties confirment que tous les faits et motifs de licenciement des deux employés du casino des Quatre Chemins restent encore assez flous. Aucun dossier n’avait attesté les éléments de l’affaire souligne-t-ils. Néanmoins, le jugement est attendu le 25 avril.

Informations